AHWK – Les amis du Hartmannswillerkopf

La construction du Monument National

Le Monument National en construction

L’importance des travaux mêlée aux préoccupations financières fit que ce n’est que le 9 octobre 1932 que le Monument National de l’Hartmannswillerkopf a été solennellement inauguré par Monsieur Albert Lebrun- Président de la République.
A la veille de la Deuxième Guerre Mondiale, les travaux étaient achevés et le Monument National du Hartmannswillerkopf pouvait prendre place parmi les quatre monuments nationaux de Douaumont – Notre Dame de Lorette et Dormans.
Le Monument était l’œuvre du comité issu de la fusion des Comités de Mulhouse et de Thann, l’œuvre du Général Tabouis qui, avec sa brigade, avait pris l’HWK et qui, dès son arrivée à Mulhouse, eut l’idée de glorifier ceux qu’il appelait mes morts de là-haut.

Le Comité Central de l’Hartmannswillerkopf a fidèlement poursuivi le programme qui avait été proposé par la souscription publique aux autorités et à la population, à savoir :

  • ne pas défigurer la montagne
  • symboliser la reconnaissance de l’Alsace et de la Lorraine à la France
  • honorer les morts dans la zone ainsi préservée de l’oubli et qui doit demeurer une zone sacrée
  • permettre de distinguer l’Hartmannswillerkopf de loin entre tous les sommets voisins.

Cet objectif a été réalisé par la croix lumineuse du sommet qui s’était éteinte lors de la deuxième Guerre Mondiale et dont la réalisation doit se poursuivre après la restauration du site.
La guerre 1939-1945 épargna la montagne sacrée.
Cependant, l’occupant qui avait dès le 24 septembre 1940 procéder à l’inventaire du patrimoine du Comité National et transfère les fonds au Commissariat du Reich Allemand, prononçait, par décision du 3 Mars 1942, la dissolution du Comité de l’HWK et l’attribution de son patrimoine au Chef de l’administration Civile en Alsace.
Bien plus, toutes dispositions étaient prises pour dynamiter le monument, ainsi qu’il résultait d’un document d’archives du 2 avril 1941.
Les trous de mine sont encore visibles au bas de l’escalier menant à l’ossuaire.
Il apparaît cependant que l’Etat Major de la Wermacht, ayant fait connaître son opposition, le projet fut remis à plus tard. Toutefois, le bouclier qui recouvrait l’ossuaire, avait commencé à être enlevé dans le but évident de transférer les ossements français inconnus qu’il contenait.

Le travail demeura inachevé ainsi que l’a constaté un officier de liaison de la Wermacht en 1943.
Par contre, l’Autel Israélite fut gravement endommagé, de même que l’Autel de la Patrie.
Le mât de 34 mètres, sur lequel était hissé le drapeau tricolore dans le cimetière, était quand a lui détruit.
A partir de 1945, les dommages furent progressivement réparé, en partie avec l’aide des Dommages de Guerre, et essentiellement grâce aux fonds de gestion du Comité National qui avait était autorisé à percevoir une redevance d’entrée pour les visiteurs de la Crypte, et qui avait courageusement repris une campagne de souscription à laquelle répondirent généreusement les populations d’Alsace, les communes ainsi que les industriels de la région mulhousienne et des vallées environnantes.
En collaboration avec les beaux Arts, le Comité s’efforce de maintenir le Monument National du Vieil-Armand dans un état digne de symboliser la pieuse reconnaissance de l’Alsace envers les morts de la France libératrice.

L’entrée du Monument National

L’Autel de la Patrie

AHWK

L'association des Amis du Hartmannswillerkopf œuvre pour la conservation et la mise en valeur du site du Vieil-Armand.

1 rue du Ballon,
68700 UFFHOLTZ - Haut-Rhin

Contactez-nous !